Reviews

Berg, Wozzeck
Montreal Symphony Orchestra – OPUS Award 2002

CLAUDE GINGRAS

OSM/Wozzeck, un miracle
PREMIÈRE réaction au Wozzeck-concert de l'OSM avec des interprètes aussi géniaux, acteurs aussi bien que chanteurs, l'opéra à décors et costumes n'est plus nécassaire.

(...) Or, il n'y a pas eu de metteur en scène. Simplement une entente entre le chef d'orchestre et les chanteurs sur ce qui serait offert visuellement au public. Stefan Lano, le chef invité pour ce dernier grand événement de la saison de l'OSM, nous disait d'ailleurs l'autre jour préférer ces versions concert grace auxquelles "il n'y a pas de metteurs en scène pour changer le sens des opéras".

(...) Wozzeck reste une oeuvre très difficile, par sa musique surtout. En salle, avec l'ajout du visuel, et dans une réalisation aussi magistralement sincère, engagée et soignée jusque dans les moindres détails, l'opéra de Berg crée un impact que je ne n'aurais jamais cru possible. Pendant une heure et 40 minutes, soit 10 minutes de plus que ce qui était prévu, et sans entracte (contrairement à ce qui avait d'abord été annoncé), avec simplement un court arrêt entre les trois actes – pendant 110 minutes, donc, on est pris par ce qu'on entend et tout autant par ce qu'on voit.

(...) La distribution réunie pour l'occasion honorerait n'importe quelle scène internationale. Dans cet absolu, je joins immédiatement la prestation de l'Orchestre Symphonique de Montréal augmenté à 108 musiciens et que le chef invité amène à se surpasser, colorant les situations avec une extraordinaire vérité.